Alliance Femme et Environnement

Bienvenue sur mon blog

 
  • Accueil
  • > les energies renouvelebles

les energies renouvelebles 21 mars, 2009

Classé dans : — blogafe @ 15:03

Les énergies renouvelables :mmmm.jpg

Outils de développement économique et social et de protection de l’environnement.

De quoi s’agit-il ?

Et d’abord de quoi parle-t-on ?

Les énergies renouvelables peuvent se définir com me des sources qui de façon périodique, sont à la disposition de l’homme et que celui-ci est capable de transformer en énergie utile pour pouvoir satisfaire ses besoins. Elles se renouvellent continuellement à la différence des combustibles fossiles comme le charbon, le pétrole, le gaz ou l’uranium.

Les énergies renouvelables recouvrent donc un ensemble d’énergies inépuisables à l’échelle humaine, toutes issues, directement ou indirectement, de l’activité solaire. Il s’agit principalement de cinq grandes filières et la géothermie (seule sans rapport avec l’activité) : l’énergie solaire photovoltaïque, l’énergie solaire thermique, l’énergie éolienne, la biomasse et la micro hydraulique.

1-L’énergie solaire photovoltaïque : c’est la conversion de la lumière solaire en électricité à partir des systèmes photovoltaïques. Elle est destinée à diverses applications telles que l’éclairage, la réfrigération, le pompage de l’eau etc.

2-Le solaire thermique : c’est l’utilisation du rayonnement solaire pour la production d’eau chaude, pour la cuisson et pour la séchage. Les technologies sont constituées de capteurs solaires (eau chaude) ou des cuisinières solaires (pour la cuisson) ou de séchoirs.

3-Les éoliennes : c’est l’utilisation de la force du vent pour le pompage de l’eau (éoliennes de pompage) et pour produire de l’électricité (aérogénérateurs).

4-La biomasse : c’est l’utilisation du bois, des déchets végétaux et animaux, etc. à des fins énergétiques. Les procédés sont multiples pour satisfaire les besoins de cuisson, de chauffage etc. mais également pour produire de l’électricité. Les technologies de valorisation de la biomasse sont également multiples : foyers traditionnels, foyers améliorés, biogaz etc.

5- La micro hydraulique : production d’énergie par turbinage de l’eau emmagasinée dans les micro-barrages. Pour des exploitations décentralisées, la technologie peut s’avérer coûteuse.

Chacune des filières offre potentiellement des prédispositions pour contribuer de manière sensible à la satisfaction des besoins en eau et en énergie des populations.

Les énergies renouvelables : outil de protection de l’environnement et de lutte contre la pauvreté.

Le recours aux énergies renouvelables même si elles ne sont pas la panacée, représente un enjeu majeur pour l’avenir énergétique du monde et plus particulièrement pour les pays en développement. Et cela pour trois raisons fondamentales : les technologies d’énergies renouvelables sont pratiquement bien adaptées aux usages décentralisés dans les pays en développement ; les potentiels mobilisables sont importants et leur exploitation entraîne beaucoup moins de problèmes d’environnement local que les énergies fossiles.

Pour cette raison, la diffusion de technologies utilisant les énergies renouvelables de même que de substitution, devient un des objectifs que l’on retrouve dans la quasi-totalité des programmes énergétiques nationaux.

En matière d’approvisionnement en eau et en énergie des populations vivant dans des zones isolées les options solaires et éoliennes constituent aujourd’hui les solutions pertinentes pour plusieurs raisons :

- maturités technologiques : les systèmes solaires photovoltaïques et éoliens ont fait preuve de fiabilité technique et économique à travers les différents projets mis en œuvre dans beaucoup de pays.

- Larges disponibles des ressources : le potentiel solaire est très important et bien reparti dans le temps et dans l’espace notamment dans les pays du sud où le rayonnement solaire varie entre 5 à 6 kwh/m2.jour. Alors que selon les zones, les conditions d’exploitation de l’énergie éolienne sont requises. Le régime des ventes dépasse souvent 3 m/s et milite pour l’exploitation des éoliennes de pompage.

- acceptabilité culturelle.

- adaptabilité aux besoins des populations.

Par ailleurs, le solaire thermique à travers les chauffes eau solaires et les cuisinières solaires dispose d’énormes atouts potentiels dans la réduction de la facture énergétique des consommateurs (résidentiel et tertiaire) et la lutte contre la désertification, mais compte tenu des obstacles d’ordre technique et financières, leur diffusion massive se fera sous des conditions d’amélioration de ses performances, d’optimisation des coûts d’investissements et d’adaptations locales pour les rendre plus utiles et plus accessibles.

Quant aux technologies de biomasse, des avancées notoires sont enregistrées dans ce domaine. Et compte tenu des dotations naturelles des pays, la biomasse présente des atouts indéniables non encore totalement valorisés. Cependant, sa bioconversion au travers du biogaz dispose d’atouts en ce sens que d’abord le biogaz peut être utilisé comme combustible pour la cuisson, l’éclairage, la réfrigération et pour l’alimentation des moteurs. Un mètre cube de biogaz à un pourvoir calorifique de 6 kwh (60% CH4, 0 C, 1013 mbar) et ensuite les effluents issus du bio digesteur peuvent servir d’engrais organique homogène, sans odeur désagréable, et comprenant différents éléments nutritifs pour les plantes sous forme liquide et après compostage ou séchage, l’effluent peut être utilisé pour fertiliser de multiples cultures…

Les énergies renouvelables : réduire la pression sur le couvert végétal et lutter contre la désertification.

La population en milieu rural, en général, utilise principalement du bois pour satisfaire les besoins de cuisson et de chauffage.

Face aux menaces toujours croissantes de crise de bois de feu, la communauté internationale, au début des années 1980 a identifié l’utilisation rationnelle du bois de feu et autres produits de la biomasse pour la cuisson des aliments et le chauffage, comme l’une des

Préoccupations énergétiques majeures.

Dans une perspective de l’utilisation rationnelle de la biomasse énergie, beaucoup de pays initièrent des mesures quasi similaires. Il s’agit entre autres d’une meilleure exploitation et valorisation des potentialités locales. Cela s’est traduit par des initiatives notamment en matière d’accroissement de la productivité des ressources actuelles en bois, de création de nouvelles ressources forestières, de réorganisation de la filière du bois de feu, mais surtout de mise au point et adoption de foyers améliorés, d’exécution de programmes de substitution dans certains endroits.

 

Commenter

 
 

Association ASSEPHANE 76 |
comité des fêtes Bosmie l'A... |
ASSOCIATION INTERCOMMUNALE ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | pôle enfance vallée verte
| Association Centre Halles-L...
| amicale des pompiers de brive